Soudan : désobéissance civile pour protester contre le coup d’État

Depuis la dissolution ce jour-là par le général Abdel Fattah al-Burhane de l’ensemble des institutions et l’arrestation de la quasi-totalité des civils avec lesquels il partageait le pouvoir, la rue est entrée en résistance.

Dimanche, premier jour de la semaine au Soudan, des centaines de manifestants ont défilé à Wad Madani (sud) ou à Atbara (nord) au cri de « Le peuple a choisi les civils« .

À Khartoum, deux cortèges ont essuyé des tirs de grenades lacrymogènes. L’un dans le turbulent quartier d’al-Bourri et l’autre composé de dizaines d’enseignants en « protestations silencieuse contre les décisions du général Burhane  » , a expliqué à l’AFP Mohammed al-Amine, professeur de géographie.

« La police a tiré des grenades lacrymogènes sur nous alors que nous nous tenions seulement là avec nos pancartes« , a-t-il ajouté.

Selon le syndicat des enseignants, 87 manifestants ont été arrêtés « sans mandat » et une enseignante a eu la jambe cassée.

« Pas de négociation »

Depuis que le 25 octobre, des soldats ont arrêté la plupart des dirigeants civils, la liste des détenus n’a cessé de s’allonger: politiciens, militants, jeunes postés sur des barricades mais aussi hauts fonctionnaires et passants, tous appréhendés sans mandat d’arrêt.

Malgré tout, « on continuera à se battre jusqu’à ce que le pouvoir soit remis aux civils« , martèle Asser Ahmed près d’une barricade à Omdourman, ville-jumelle de Khartoum, où comme dans la capitale des barrages de briques et de pavés ont été remontés dès samedi soir. Pour respecter la désobéissance civile, des magasins sont restés fermés.

L’Université de Khartoum, où des étudiantes ont été frappées par des militaires jusque dans leurs dortoirs, a annoncé un débrayage illimité tandis que l’Université de la mer Rouge, dans l’est, disait suspendre ses cours pour « la sécurité des étudiants« .

De « grève générale » en manifestations monstres, les Soudanais, qui avaient forcé l’armée à démettre le dictateur Omar el-Béchir en 2019, veulent peser alors qu’à huis-clos militaires, civils et médiateurs négocient une issue à la crise. Jusqu’ici ces discussions n’ont mené ni à la formation d’un nouveau gouvernement ou au retour de l’ancien cabinet, ni à l’adoption d’une position claire sur la reprise ou non de la transition démocratique lancée à la chute de Béchir.

« Pas de dialogue, pas de négociation, pas de partenariat » avec l’armée, clament les pro-démocratie dans des communiqués diffusés par SMS, internet étant bloqué depuis 14 jours.

En 2019, hauts-gradés et civils avaient décidé de gérer ensemble la transition mais nombreux sont ceux qui estiment aujourd’hui un tel partenariat impossible.

 

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »