La Fédération internationale de natation veut investir en Afrique
Spread the love

Le Tunisien Ahmed Hafnaoui, 18 ans, a remporté l’or olympique du 400 m nage libre à Tokyo. Une surprise alors que la natation se caractérise par une trop faible diversité dans les piscines et encore moins sur les podiums.

Une tendance confirmée au Japon : sur les 105 médailles mises en jeu en natation, trois seulement ont été remportées par des Africains, et aucune par des nageurs noirs.

Husain al-Musallam, nouveau président de la Fédération internationale de la discipline veut rectifier le tir à Paris en 2024. Sa stratégie, la création des centres d’entraînement d’élite en Afrique et des bourses d’études. La Tunisie, le Sénégal et deux universités sud-africaines ont été comme bases d’entraînement d’élite les athlètes africains. D’autres iront en Europe et en Russie.

« Je crois qu’il y aura beaucoup d’athlètes venant d’Afrique en natation et qu’ils atteindront le podium« , a déclaré al-Musallam dans une interview au Tokyo Aquatics Center. Et d’ajouter, « Quand on donne une opportunité à tout le monde, les performances suivent. Les Africains manquent de ressources, surtout pour le sport aquatique. »

Husain al-Musallam, a fait savoir que la fédération internationale de natation a souligné que la FINA a dépensé 29 millions de dollars sur quatre ans pour une stratégie visant à élargir et à approfondir le réservoir de talents.

Abeku Jackson a déjà profité de cette opportunité. Le Ghanéen s’est entraîné dans une base soutenue par la FINA à Kazan, ville hôte des championnats du monde de 2025 en Russie.

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »